Les tabourets Berger et Méribel de Charlotte Perriand pour Cassina

Les tabourets Berger et Méribel de Charlotte Perriand pour Cassina

Créé en 1953, réédité par Cassina depuis 2011, le tabouret Berger est des objets-phares du design. Iconique mais familier, simple et inédit, classique et intemporel, il est l’un des best-sellers de Charlotte Perriand, l’une des designers les plus influentes du XXème siècle. Et c’est 60 ans après sa création que Cassina réédite les deux modèles (le Méribel est la version haute du Berger) qui font partie d’une série dont l’idée directrice est la réinterprétation de l’architecture locale des Alpes.

Une idée simple

Pour en trouver l’origine, il faut revenir en 1948, Charlotte Perriand travaille alors à la décoration intérieure de l’hôtel Le Doron, futur lieu emblématique de Méribel. Elle en dessine le mobilier et c’est en s’inspirant d’un siège de berger, un simple siège de traite, vu dans une étable lors d’une balade en montagne, qu’elle crée la première version du Berger : tripode, une assise ronde, noir, haut de 40 cm, avec un piètement fuselé.

La version Méribel possède les mêmes caractéristiques mais en version haute. Les formes doivent être simples et cette première mouture est née par amour de la montagne et en hommage à ses matériaux naturels. Elle est à l’image de l’artisanat japonais dont Charlotte Perriand a découvert la singularité entre 1940 et 1947 : travail du bois et sens de l’épure.

L’histoire d’une icône

Cette version évoluera à plusieurs reprises. En 1953, de retour au Japon, Charlotte Perriand crée une première variante : le piètement est raccourci mais la couleur noire est conservée. Sa fille, commissaire de l’exposition « Le monde nouveau de Charlotte Perriand » à la Fondation Louis Vuitton (2019) dira que c’est « pour son pouvoir d’abstraction, car c’est ce que cette teinte symbolise dans le théâtre traditionnel japonais ». En 1955, le tabouret Berger est présenté à l’exposition Synthèse des arts de Tokyo. Et en 1961, c’est pour son chalet de Méribel que la créatrice travaille à nouveau le modèle du tabouret : le piètement qu’elle dessine doit être plus adapté aux nattes du chalet, elle le rend donc plus stable.

Aujourd’hui réédités par Cassina, les tabourets Berger et Méribel peuvent aussi servir de table d’appoint, par exemple en bout de canapé.

 

(Re) Découvrez les tabourets iconiques de Charlotte Perriand par Cassina à Lyon chez Création Contemporaine

 

— Galerie d’images —